• Facebook Grunge

Retraite stratégique

May 1, 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blatti Hûtte, 4h du matin, le réveil sonne une fois, deux fois… et petit à petit les cocons se trémoussent. Des tête sortent de leurs protections duveteuses. Pour tâter le froid autour. L’humidité. Pas facile mais doucement le corps se réveille, l’esprit reprend son activité.

 

Blatti Hutte, 4am, alarm is ringing once, twice… The little cocoons start to move slowly. Heads are getting out of their cosy protections, to check out the fresh air all around. Dampness. Bodies are waking up softly, minds activate.

 

Il faut se lever, préparer la polenta, se couvrir. Il faut partir le plus tôt possible, c’est comme ça qu’on avancera vite sur une neige portante. Préparer son sac à dos, tout remballer, et il faudra enfiler son armure des guerriers des neiges.

 

We have to get up, cook polenta, get dressed warmly. We have to leave as soon as possible, to move faster on a good snow. Backpacks are ready, it is time to put on our armors once again. Like ice warriors.

 

Car il va falloir que les compères se sortent de leurs falaises. Le dragon les a piégés entre deux. Seulement à 500 mètres au dessus de Lenk et ses prairies verdoyantes mais innacessible. Un gouffre qui sent le danger à pleine narines, un vide qui sent la mort. Les esprits du vide guettent surement un peu au dessous et attendent patiemment un pied fatigué. La décision est prise sans aucun doute. Les runes sont formelles, la sensibilité de Sarah, son aptitude à discerner les mauvais esprits aussi. Il faut absolument se sortir d’ici par le haut, retourner vers Rawil. 

 

We have to get the hell out of these cliffs. The dragon set us up between them. Only 500meters to reach Lenk and its green fields. So close, but the access is denied.

A void which smell danger miles away, a void smelling like death. Spirits go emptiness rules all around et wait quietly for a tired foot.

Decision has been made without a doubt. Incantations and Sarah’s ability to feel bad vibrations are clear. We definitely have to go escape, going up again, back to the Rawyl.

 

Nos pieds ne passeront pas plus bas sur ces falaises. Il y a de fortes chances pour que les alliées du dragon nous fassent des croque en jambe dans ces pentes. Trop tentant pour eux. Et la chute derrière la moindre erreur commise nous balancerait directement 500 mètres plus bas. En pièce détachées…

Là, par là. On va pas remonter par les marches qu’on a tracées hier. Trop exposé. Trop tentant encore une fois pour les mauvais êtres. 

Ils nous y attendent certainement.

Tandis qu’un peu au dessus là à droite, y’a un petit passage praticable qui nous permettrait de récupérer le lit du ruisseaux qu’on a pas pris hier et qui nous ramèneras directement au Rawil.

 

Our feet won’t pass below these cliffs. The dragon’s slaves are ready to make us fall from these slopes. They wait for us to make a mistake, the one allowing them to send us directly 500meters below. Wrecked…

This way. We won’t use the trace we did yesterday, too exposed. Too much temptation for the evil spirits all around. They are probably wait for us there.

Up on the right there is a small corridor which might lead us to the river, and the Rawyl.

 

Avec un peu d’avance, Charly pars seul former les premiers marches. Le passage est raide louvoyant entre plusieurs gros rochers.

 

Charly is leaving a bit earlier to make the first steps in the snow. It is a steep slope between huge rocks.

 

Ça va mettre un certain temps.

 

It is going to take time.

 

Les premiers coups de pieds dans la neige. Le combat pour se sortir du guet apens est engagé. Immédiatement le mental se concentre sur une seule chose. Monter. Sentir la neige et sa texture. Eviter les pièges d’une neige mollassonne. Derrière tout le groupe à rejoint Charly et monte en silence. Les esprits convergeant vers la tête de l’équipée. Tous ne forment qu’un être maintenant. Un seul objectif. Vivre.

Devant le combat prend en rudesse. Par endroit la neige est très dure. C’est souvent plusieurs coup de pieds pour une marche. Une minute pour progresser d’un mètre. Les bouts de pieds commencent à chauffer. Ça saigne surement à l’intérieur de la chaussures, sous l’ongle. Et relayer la tête du groupe serait risqué sur cette pente raide.

Après un premier obstacle de passé, ça monte encore. Tout aussi raide. Derrière quelques buttes il y a peut être un replat pour souffler mais la visibilité est très réduites, on est pas sur de là où il faut passer. Et dans le blanc, la topographie est difficile à évaluer.

 

First kick in the snow. The fight to get out of this ambush est engaged. Mind immediately focus on the only important thing: going up. Feel the snow and  its texture. Avoid sluggish snow. Behind, everybody is following Charly and climb, silently. We are one now. One mind for four bodies. One goal: live.

Ahead the battle is getting harder. The snow is really hard sometimes. It is often several kicks to make one step. One minute to do one meter. Toes are burning. It is probably bleeding under the nail. And it would be difficult to take over from the leader of the group on this icy wall.

After this first obstacle, it is still going up, and it is not less steep. Behind those hills there might be a flatter to take a breath, but visibility is reduced, we don’t exactly know where we’d better go. And in this white desert it is not easy evaluating the topography.

 

Là, à gauche peut être.

 

Maybe there on the left.

 

On prend un décision rapide, ne pas rester sur place trop longtemps. Le combat continu, la montée est plus longue que prévue mais le groupe ne flanche pas. Finalement après un temps indéterminé, un replat apparait enfin. Tout le monde est sauf. Ils peuvent souffler. C’est une première victoire matinale.

 

Making quick decision, the battle and the ascent carry on. It is longer than we thought but the group remains focused. After a long while a flatter, finally. Everybody is okay, we can breathe. First morning victory.

 

Je vais voir un peu à droite avant qu’on remonte par le lit. On sait jamais. Défois que le chemin pour descendre serait juste là.

 

« I’ll go check on the right before we follow the river. We never know. In case the path is just here » 

 

Mais non. Il faut bel et bien tout remonter jusqu’au Rawil. Le chemin est simple et la neige bonne. Ils progressent rapidement dans un espèce de canyon de neige en un grand virage montant vers la gauche. Jusqu’a retrouver la première cabanes qui se trouvait juste derrière le col de hier. Facilement, ils trouvent leurs chemin jusqu’au balises permettant de se diriger vers le prochain col. Le seul passage pour rejoindre l’autre côté de la montagne vers FlueseeHûtte. Au dessus d’eux se trouvent les cables du téléphérique descendant directement vers Lenk… Ça sera l’issue de secours si jamais l’autre descente est tout aussi impossible. Ils arrivent en vue du col et constatent que l’ascension se fait à l’ombre.

 

It is not. We will have to go back to Rawyl. The way is simple and the snow is good. We move toward fast in a snowy canyon going up on the left. We find the first hut of the previous day.

We find our way easily helped by the markers leading to the next mountain pass, the only one to get on the other side of the mountain and Flueseehutte. Above us, the cables of the aerial railway, which goes down directly to Lenk… It will be our last escaping solution if we can’t go down after the hut.

Now we see the pass and we are relieved because the ascent will be in the shade. 

 

Bien. Ça va être facile et rapide.

 

Good. It is going to be quick and easy.

 

Effectivement, cette ascension n’est qu’une formalité même s’il y a tout de même 300 mètres à grimper. Les rations de nourritures et d’eau étant maigres, les pauses sont quasiment inexistantes. Juste une petite, en haut du col, afin de determiner la meilleure façon de procéder à la descente vers Fluesee Hûtte. Et de boire quelque gorgée. 

 

Indeed, this ascent is just a formality even if there is 300meters to climb. We don’t have a lot of food and water so the breaks are short, and nearly non existent. A short stop just to discuss the best way to follow, and drink a little.

 

Cette descente Sud-Est est totalement exposée au soleil depuis déjà plusieurs heures. J’espère que toute le monde sait nager car ça va être de la natation là.

On va descendre sur le flanc de la vallée exposé Est car on doit descendre à gauche du lac. Le lac juste au dessus des première falaises. 

 

This way down South-East est completely exposed to the sun for already several hours. Hope everyone know how to swim…

We go down East to reach the left side of the lake, the one above the first cliffs.

 

Une descente lente et laborieuse commence. Ils s’enfonce régulièrement au dessus des genoux. Ceux qui marchent en canard déchirent leurs pantalons imperméables. La neige passe dans les chaussures. Les heures défilent vite. 

 

Laborious and slow way down. The snow is regular up to our knees. If you don’t walk straight you can rip your pants. Shoes are wet outside and inside. Time goes by fast.

 

Depuis le début on voit le but mais c’est interminable de l’atteindre. On se sent de plus en plus petit et on brasse pas mal la neige.

 

We see the since the beginning but it seems impossible to reach. We feel small struggling against the slush.

 

Le groupe est encerclé de toute cette neige abondante et molle à souhait. Les montagne culmine, imperturbable tout autour. Le dragon guette. Il n’a rien à faire. Le soleil se charge d’épuiser les voyageurs. N’empêche qu’ils avancent imperturbable. Ce n’est qu’une question d’endurance, l’absence de danger immédiat - mis appart les éventuelles avalanches - donne de la vigueur. Le lac fini quand même par défiler tranquillement à leurs gauche et ils se permettent une petite pause juste au dessus des falaises. À nouveau Lenk apparait en bas de la montagne. Les prairies vertes. L’espoir d’y arriver s’immisce dans les têtes. 

 

We are surrounded by this slush and the summits. The dragon is watching. He has nothing to do, burning sun is enough to tire us out.

But we keep on moving forward. It is an endurance test, there is no immediate danger, except the possibility of an avalanche, which make us move faster. We are getting closer to the lake and we can see Lenk again, down the mountain. Green fields. We silently hope we will get there soon.

 

Ça y est. On est passer de l’autre côté des montagnes. C’est peut être notre sortie… ou pas.

Là bas! Le refuge! Près du Fluesee. Sur la carte il est à 1100 d’altitude. Et d’ici il a l’air bien enneigée. 

Vide aussi.

 

Here we are! On the other side of the mountain! Maybe our way out… Maybe.

And here it is the refuge! Near Fluesee. 1100meters on the map. It looks covered with snow from where we are. And also empty.

 

Pas une fumée réconfortante ne se devine d’où ils sont. Et malgré le fait qu’ils peuvent voir la cabane, il leurs reste facilement deux bonne heures de marche forcée dans la neige avant de l’atteindre.

 

Even if we can see the hut, this is not over, there is at least 2 hours to get to it.

 

Il faut longer toutes les falaises vers l’Est pour atteindre les contreforts montagneux Ouest. Avant de remonter un peu pour éviter un énorme éperon rocheux à pic et enfin descendre vers le lac de la cabane.

 

We have to walk along the cliffs to reach the ouest foothills, before going up a little bit in order to avoid the huge rocky spur and finally go down to the lake under the hut.

 

Un peu d’eau et c’est repartis. Des fois la neige porte mais souvent elle craque sous le poids et il faut sortir une bonne partie de la jambe pour faire le prochain pas. C’est un terrain plus ou moins plat. Sur de courte distance, tantôt ça monte, tantôt ça descend. Un slalom s’opère entre les dunes de neige. Le groupe se sépare même en deux. La fatigue commence à opérer et c’est sans réfléchir qu’a lieu cette scission. Au lieu de continuer à longer les falaise pour atteindre rapidement l’objectif, Aurélien et Sarah contourne tout un tas de dune espérant une neige portante vers les ombres des montagnes. Mais le détour n’en vaux pas la chandelle, c’est au moins deux fois plus long que le chemin qu’emprunte Charly et Nicolas. Les deux groupes se perdent même de vue. Les un attendent les autres. Au final c’est peut être une demie heure de perdue mais c’est sans gravité. Le moral ne bronche pas et finalement tout le monde attaque la dernière petite montée ensemble. Charly devant trace imperturbablement. Le temps passe. Le soleil brille toujours sans nuages. La neige ramolli encore et encore. Et enfin la descente vers le lac, vers le refuge se dessine devant les crampons, les pieds trempées dans leurs godasses imbibées. Le talon en avant, les jambes s’allongent rapide vers l'objectif. Encore un peu à s’embourber dans le blanc cotonneux, quelques colinettes et il est bien 14h. Depuis 5h du matin tout le monde à marché sans relâche. C’est avec soulagement qu’ils constatent que le refuge est ouvert - même s’il n’y a personne - et avec joie qu’ils découvrent le poêle, le bois, les lits douillets, les coussins! quelques sachets de pates, du lait en poudre. C’est un vrai trésor, un véritable abri pour prendre des forces juste avant le combat final du lendemain. Le confort au milieu du vide, c’est idyllique.

 

We drink water and get going. Sometimes the snow is okay, but it often cracks under our feet and you have to raise your leg really high to make the next step. We slalom between the dunes. The group even splits. Instead of walking along the cliff Aurélien and Sarah walk around several dunes hoping the snow is better there. But it is not. It is twice longer than Nicolas and Charly’s way.

We all wait for each others and loose 30 minutes. Nevermind. We keep the spirits up and go for the last ascent together. Charly is tracing, remaining calm. Time flies. Sun still shinning. No clouds. 

Snow is getting worse. And finally we reach the hut. It must be 2pm and we walk since 5am. 

We are glad to see that the hut is open even if there is no one in. We are even happier discovering the stove, the wood, the soft bed, the pillows! Few pasta packs, milk powder..! This is a real treasure, a real shelter to recover our strength before the final battle of the following day. Comfort in the middle of nowhere, we are in paradise.

 

A nouveau, c’est Nicolas le maître du feu. On peut faire fondre des litres de neige. S’hydrater, manger, se reposer au chaud. C’est un véritable cocon douillet. Très vite, la maisonnette est totalement investi. Les sac à dos vidés. Toutes les chaussures sèchent en pendouillant nonchalamment au dessus des tête au repos. Allongées dans les lits superposés, au fond, on peut observer à travers les carreaux les montagnes derrière Lenk, majestueuses. La vue est fantastique, irréelle. On se croirait dans un petit navire à regarder à travers les hublots de gigantesques vagues. Figées. 

Et malgré la situation confortable inespérée du groupe, tous méditent sur le combat qui sera mené très bientôt. Le combat pour la descente. Le grand final. Les falaises et leurs esprits patientent aussi. Le dragon se camoufle dans un doux vent, dans les lumières du couchant, au loin. L’Ouest, la tanière du soleil, orange, rose, violette, bleu, sombre, noir, étoilé. Et la lune pointe son croissant venant de l’Est.

 

Nicolas is once again the master of fire. We can melt all the snow we want. Hydrate, eat, get some sleep, in a warm cocoon. The house is quickly invaded. We empty the backpacks, shoes and clothes are drying above our heads. Everybody is lying in bed, with a nice view from the windows, Lenk and the mountains all around. We feel like in a boat watching still waves through the porthole.

But still, we meditate on the fight waiting for us tomorrow. The final one. The fight for the way out. The cliffs and their spirits are waiting too. The dragon is hiding in the wind, in the cold light of the sunset. West the sun’s den, orange pink, violet, blue, dark, starry. And the moon shows up to, East.

 

C’est une musique épique, grandiose et sombre qui décline dans les coeurs des guerriers. Des notes orchestrales pique les esprits et laissent planer un mystère. L’aventure aura-t-elle une suite ?

Demain, on se lèvera pas trop tôt pour avoir une neige qui s’enfonce juste assez pour nous sécurisé les prises dans la descente. On ira doucement et prudemment pour éviter le hasard un maximum.

 

Epic music resonate in the hut, and in the warriors hearts.

It tickles the minds and let mystery flies above heads. 

Will the adventure follow through?

Tomorrow, we won’t wake up too early to walk in a snow sinking just enough to feel safe when we go down. We will go carefully and slowly.

 

En attendant, Léon plane avec nous, dans cet havre de paix. Il tournoie en spirale infini dans la fumée que produit son herbe. Les derniers rayon de soleil jouent le spectacle avec ce qui n’est même plus une fumée, mais une entité à part entière, un allié précieux. Léon. 

 

Meanwhile, Leon is floating with us, in this safe haven. He is gliding in an infinite spiral is the smoke produce by his grass. The last sun ray are making a show with the smoke which looks alive. Precious friend. Leon.

 

Une dernière tisane et tout le monde s’allongent, insouciant du passé et du futur. Seul le matelas, le coussin, la couette et la chaleur compte dans ce savoureux présent. 

 

One last infusion and everybody goes to bed, forgetting about past and future, just enjoying the comfort and the heat in this tasty present.

 

La vie s’endort.

 

Life is falling asleep.

 

 

 

 

Please reload

Featured Posts

On est partis!

January 1, 2015

1/3
Please reload

Recent Posts

October 20, 2015

September 16, 2015

September 6, 2015

August 22, 2015

July 14, 2015

July 1, 2015

May 13, 2015